Ministère de la Défense et des Anciens combattants
Imprimer Accueil > Nos missions > Mémoire > A la une en Région >

"Maillé, le massacre oublié" projeté à l'Espace Cité à Limoges

Monsieur Romain Taillefait, responsable de la Maison du Souvenir de Maillé et M. Serge MARTIN, rescapé du massacre de Maillé

A l'initiative de l'Association ORADOUR, Histoire Vigilance Réconciliation, le Musée de la Résistance de Limoges, en partenariat avec le service départemental de l'ONACVG de la Haute-Vienne a projeté le film "Maillé, un massacre oublié".

Le 25 août 1944,  le village de Maillé, en Indre-et-Loire, connaît, comme Oradour-sur-Glane, le 10 juin 1944, un massacre sans précédent. 124 habitants, dont 48 enfants, sont assassinés par des soldats allemands. Une grande partie du village est détruite par le feu puis pilonnée par un canon installé sur une colline voisine.

Dés 1945, on reconstruit, les ruines disparaissent. Les commémorations locales, chaque 25 août, sont occultées par celles de la Libération de Paris, le même jour. Les rescapés ne parlent pas jusqu'en 1994, date à laquelle une exposition des Archives Départementales révèle aux habitants l'existence d'un jugement du Tribunal Militaire de Bordeaux en 1952.

La parole des rescapés se libère alors. Ce sont quelques uns de ces témoignages présentés dans le film documentaire "Maillé, un massacre oublié", réalisé par Marie-Françoise Gaucher, que le public limousin a découvert le 16 novembre dernier. 120 collégiens et lycéens et environ 75 adultes ont pu, aprés la projection, dialoguer avec Monsieur Serge Martin, un des survivants de ce massacre.

L'auditoire de la séance tout public

En 1944, Monsieur Martin avait 10 ans. Le 25 août, il était chez ses grands-parents à 3 km de Maillé. Sa mère, son père, son frère, ses deux soeurs périssent dans le massacre. Comme tous les autres rescapés, il n'a pas parlé pendant 50 ans. Aujourd'hui, président de l'Association "Pour le Souvenir de Maillé", il répond aux questions, il explique.

S'il ne pardonne rien aux auteurs de ces crimes, Monsieur Martin, comme Monsieur Robert Hebras, dernier survivant du massacre d'Oradour-sur-Glane, présent lui aussi à cette projection, insiste sur l'absence de haine à l'égard des générations suivantes qui ne doivent pas se sentir responsables.

Monsieur Serge Martin et Monsieur Robert Hebras

Ensemble, ils redisent l'importance capitale de ne pas oublier les victimes et l'impérative nécessité de la réconciliation et de l'amitié franco-allemande, fondées sur la connaissance historique.

Depuis 2006, la Maison du Souvenir de Maillé est un lieu de mémoire, d'éducation et de recherches non seulement sur le drame de Maillé mais aussi sur les droits des populations civiles en temps de guerre, du siècle passé à nos jours.

Monsieur Romain Taillefait, responsable de cette structure mémorielle, en accompagnant le témoignage de Monsieur Martin, replace et inscrit ce crime de guerre commis par les Waffen-SS de la 17ème Panzer Grenadier Division, dans le contexte historique et la mémoire collective de la Seconde Guerre mondiale.

"En Touraine, conclut Monsieur Martin, on a l'impression que cette histoire demeure méconnue. A vous maintenant de la transmettre autour de vous !"

Sylvie Codecco, ONACVG de la Haute-Vienne

© OHVR

 

 



Archives actualité en région
Imprimer
10/03/2016
Consultez les marchés publics passés par l'ONACVG en 2015
Consulter
Archives
Contrat d'Objectifs et de Performance
Contrat d'Objectifs et
de Performance
Consulter


Réalisation du site Internet : CBi-Multimedia