Ministère de la Défense et des Anciens combattants
Imprimer Accueil > Nos missions > Mémoire > A la une en Région >

Itinéraire corrézien de Frania Eisenbach Haverland en 2018

témoignage de Frania Eisenbach Haverland au conseil départemental de Corrèze

Du 26 février au 2 mars 2018, pour la troisième fois, Frania Eisenbach Haverland,  ancienne déportée juive polonaise de 1939 à 1945, est revenue en Corrèze pour témoigner de sa jeunesse dans les ghettos de Pologne et dans les camps de concentration.

En effet, l’ONACVG de la Corrèze avait organisé son premier passage dans le département fin 2015 où elle avait témoigné devant 1600 élèves et leurs professeurs. Puis à nouveau en avril 2017 devant plus de 500 élèves avec un passage important en Haute-Vienne où l'ONACVG de Limoges lui a fait découvrir le village d'Oradour-sur-Glane en présence de Robert Hebras, dernier survivant du drame du 10 juin 1944.

 

JJ Lauga, Frania Haverland et Alain Rivet au conseil départemental 19

 

Cette année encore, elle est revenue en Limousin où elle a tissé des liens d'amitié. Elle a témoigné devant 300 élèves dans l’amphithéâtre du conseil départemental de la Corrèze à Tulle en présence de Jean-Jacques Lauga, vice-président, Cédric Verline directeur de cabinet du préfet et Marie Sébert, directrice de l’ONACVG de la Corrèze qui organise depuis 3 ans des sessions de témoignages devant les scolaires.

 

Frania avec des élèves du lycée danton de Brive

 

Frania a rencontré le lendemain les élèves du lycée Bossuet puis le lycée Danton à Brive le 1er mars, où les élèves et enseignants lui ont fêté ses 92 ans.

Elle a terminé son parcours à Oradour en présence du service de l’ONACVG de la Haute-Vienne où elle a retrouvé Robert Hebras.


Frania et Robers Hebras à Oradour®Alain Rivet

 

Inlassablement, Frania raconte son adolescence de 13 à 19 ans, où elle vivra l’enfer dès l’invasion de l’Allemagne en Pologne le 1er septembre 1939 jusqu’à la libération des camps le 8 mai 1945 ;  toute une jeunesse détruite où elle perd les 60 membres de sa famille et sera la seule survivante.

 élèves dans l'amphithéâtre du lycée danton à Brive

Son livre de témoignage « Tant que je vivrai, elle vivra » raconte ce parcours effroyable dans les camps de concentration dont celui d’Auschwitz, où elle échappera plusieurs fois de justesse à la mort ; puis ce sera son arrivée en France où, après nombre de difficultés, elle trouvera sa place et commencera à vivre.

Alain Rivet, son ami et fidèle accompagnateur, raconte que son père, ancien résistant à Brive, a été déporté et est revenu du camp de Buchenwald. C’est grâce à lui que Frania peut venir passer plusieurs jours en Corrèze et témoigner dans les établissements scolaires en partenariat avec le service départemental de l'Office.

 

equipe de tournage de France2

 

Une équipe de reportage pour France 2 la suit depuis la région Ile-de-France, et filme la qualité de ses échanges avec les jeunes. Malgré les souffrances vécues dans sa jeunesse, Frania porte un message d’amour, de paix et de lumière.

Lors de ses trois passages en Limousin, elle a rencontré près de 3000 élèves et professeurs auxquels elle a transmis la parole témoin des déportés.


Frania au Champ des Martyrs de Tulle®Alain Rivet


Frania a profité de son passage à Tulle pour rendre hommage aux martyrs du 9 juin 1944 par la division Das Reich : 99 pendus, 149 déportés dont 101 ne sont pas revenus et 18 fusillés.
 

Marie Sébert, ONACVG de la Corrèze

© ONACVG

 



Archives actualité en région
Imprimer
10/03/2016
Consultez les marchés publics passés par l'ONACVG en 2015
Consulter
Archives
Contrat d'Objectifs et de Performance
Contrat d'Objectifs et
de Performance
Consulter


Réalisation du site Internet : CBi-Multimedia