Ministère de la Défense et des Anciens combattants
Imprimer Accueil > Actualités >

Cérémonie en hommage aux lycéens et étudiants résistants morts pour la France 2017

Lecture par les élèves du collège Alviset d'extraits de lettre issues du livre "La vie à en mourir, lettres de fusillés"

Comme chaque année, la directrice générale de l’ONACVG  assiste à la cérémonie en hommage aux lycéens et étudiants résistants morts pour la France.

Organisée par Mémoire et Espoirs de la Résistance, association des Amis de la Fondation de la Résistance, elle a lieu dans le jardin du Luxembourg à l’occasion de la journée nationale de la Résistance le 27 mai instaurée par la loi en juillet 2013.


Jeunes porte-drapeaux lors de la cérémonie

 

Cette année, la cérémonie s’est tenue le 30 mai 2017 sous la présidence de Gérard Larcher, président du Sénat. Parmi les personnalités présentes : Gilles Pecout, recteur de la région académique Ile-de-France, recteur de l’académie de Paris et chancelier des universités ; Jean Novosseloff, président de l’association Mémoire et Espoirs de la Résistance (MER) ; Jean-Marie Muller, président de l’Union Nationale des Associations des Déportés Internés et Familles des disparus (UNADIF) ; Pierre Morel, ancien Président du Comité d'Action de la Résistance.

Une centaine d’élèves était présents, venant des collèges Pierre Alviset et Voltaires, des lycées Belliard et Janson de Sailly, et de l’Institut National des Jeunes Aveugles. L’assemblée était complétée par leurs enseignants et proviseurs, ainsi que par la présence de jeunes porte-drapeaux, d’anciens résistants et résistants de la France libre.

La cérémonie a débuté par un dépôt de gerbes au pied du monument Watkin, mémorial aux étudiants résistants, inauguré le 29 avril 1956. Chaque autorité était accompagnée de deux élèves pour déposer symboliquement une gerbe en mémoire de ces jeunes résistants.

 

Le deuxième temps fort de la cérémonie a débuté par la prise de parole de Gilles Pecout :
« Sans la mémoire, les associations qui sont gardiennes de cette mémoire, l’histoire comme savoir et enseignement ne serait pas possible.   
En retour, sans la connaissance, sans sa diffusion pédagogique, la mémoire resterait orpheline. Nos élèves et leurs maîtres sont là pour témoigner de cette parabole.

Ils témoignent de la détermination sans faille de l’Education nationale face à ce devoir d’histoire, face à ce devoir de connaissance. J’ai l’honneur d’observer la forte mobilisation des classes et des professeurs autour de ce travail de mémoire qui est peut être même plus que le seul devoir de mémoire. Des partenariats comme celui de l’ONACVG nous en facilitent chaque jour et toujours plus l’accomplissement.

[…]

Le travail d’histoire et de mémoire doit contribuer, certes de façon non exclusive mais de façon réelle et primordiale, à la mobilisation de nos jeunes autour des valeurs de notre démocratie et de notre République, autour de valeurs communes. Quel meilleur symbole que ce grand message d’engagement et de mobilisation mais aussi de solidarité et d’émotion, que la cérémonie de cet après-midi où nous nous retrouvons côte à côte, toutes générations confondues. »

 

Lecture par les élèves du lycée Belliard de la dernière lettre de Guy Moquet à ses parents

S’en suivirent des lectures par les élèves des différents établissement :
- Collège Pierre Alviset : lecture d’extraits de lettres issues du livre « La vie à en mourir, lettres d’un fusillé » ;

- Lycée Belliard : lecture de la dernière lettre de Guy Moquet à ses parents ;
- Institut National des Jeunes Aveugles : lecture d’un extrait de « Et la lumière fut » de Jacques Lusseyran ;
- Lycée Janson de Sailly : présentation de Jacques Lusseyran ;
- Collège Voltaire : interprétation du Chant des partisans.

 L’intervention de Gérard Larcher marqua la fin de la cérémonie :
« Nous commémorons cet idéal porté par ces jeunes filles et garçons qui n’hésitèrent pas à s’engager aux prix de leur vie pour défendre la liberté. Commémorer, c’est faire mémoire ensemble. C’est rappeler aussi la détermination de ces lycéens, ces étudiants, qui mus par des convictions profondes, se rassemblèrent dans le refus, celui de la défaite, celui de l’occupation, celui des atteintes aux libertés fondamentales au nom des valeurs de la République. »

 

ONACVG

 Crédit photo : Académie de Paris



Archives actualités
Imprimer
10/03/2016
Consultez les marchés publics passés par l'ONACVG en 2015
Consulter
Archives
Contrat d'Objectifs et de Performance
Contrat d'Objectifs et
de Performance
Consulter


Réalisation du site Internet : CBi-Multimedia