77e anniversaire de la libération d'Ajaccio

M. Emmanuel Macron, président de la République, a participé, le 9 septembre, à la commémoration du 77e anniversaire de la libération d'Ajaccio et de l'insurrection de la Corse.

Chaque année le service départemental de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG) de la Corse-du-Sud organise une cérémonie rappelant que dès le 9 septembre 1943 la Résistance corse s'est soulevée pour chasser l'occupant fasciste. L'île qui comptait alors 200 000 habitants était occupée par 80 000 Italiens et 14 000 Allemands de la brigade SS Reichsführer, soit presque un occupant pour deux insulaires.

À partir du 13 septembre, aidés par les soldats du 1er bataillon de choc débarqué du sous-marin Casabianca, puis par les goumiers venus d'Alger dans le cadre de l'opération Vésuve, les patriotes corses libéreront Bastia et l'île le 4 octobre 1943 après avoir livré de terribles combats. Si le nombre de blessés sera considérable, les pertes humaines sont estimées à 170 tués dans les rangs de la Résistance, 75 dans ceux des troupes régulières pour environ 1600 tués dans le camp adverse. 

En citant la Corse comme l'exemple à suivre, le général de Gaulle évoquera le « premier morceau de la France libéré » (sic).   

Med 7 et cérémonie présidentielle

C'est dans le cadre de la présidence à Ajaccio du sommet du Med 7, réunion qui regroupe sept pays méditerranéens membres de l'Union européenne, que le chef de l'État a tenu à rappeler cet épisode capital du second conflit mondial et de notre histoire. Suivant le cahier des charges de l'Élysée et en collaboration avec les armées, Jacques Vergellati, directeur départemental, a eu l'honneur d'orchestrer ce 77e anniversaire.

Dans le respect des gestes barrière et des règles de distanciation, c'est en présence de quatre ministres et des plus hautes autorités civiles et militaires, dont bien sûr le préfet de Corse, qu'a eu lieu l'hommage. La musique de la Légion étrangère d'Aubagne, les piquets d'honneur du 2e REP de Calvi et de la base aérienne 126 de Solenzara, les résistants et  descendants de résistants accompagnés de scolaires ont participé au pied du monument aux morts de la place Campinchi à une cérémonie empreinte d'émotion et de moments forts. Ce sera notamment le cas lors de la lecture par Flavia Ricci, élève de 3e au collège Fesch d'Ajaccio, de la lettre testament de Charles Bonafedi, résistant corse mort en héros dans sa vingtième année. Moment fort également quand le chef de l'État entouré de 12 valeureux porte-drapeaux déposa sa gerbe ou quand résonna après la sonnerie aux Morts et la Marseillaise, le Chant des Partisans en langues corse et française.  

Si en ce doux soir de septembre 2020 le souci légitime lié à la situation sanitaire était bien présent, cette commémoration qui a honoré la Corse par la présence du président de la République, nous a néanmoins invité à cultiver quelques suppléments d'humilité... En nous rappelant qu'en des temps pas si lointains, des hommes et des femmes se sont levés pour défendre des valeurs universelles. Au péril de leurs vies.   

Sd2a

© twitter Emmanuel Macron - ©ONACVG