Ajaccio - 11 novembre 2018 - Cérémonie exceptionnelle du Centenaire de l’Armistice

Un hommage aux poilus corses s'est déroulé devant la Borne de la Terre sacrée, sur la plage de Vignola.

La Borne de terre sacrée d'Ajaccio

C’est au pied de ce monument chargé d'histoire que la cérémonie a commencé. La manifestation a mis l’accent sur le devoir de transmettre, les évocations mémorielles ont donc été associées au cérémonial militaire.

Une section de la base navale d’Aspretto, une de la base 126 Capitaine Preziosi de Ventiseri-Solenzara ainsi qu'un peloton d'honneur de la région de gendarmerie de Corse étaient présents aux côtés de 17 porte-drapeaux et des associations patriotiques. Josiane Chevalier, préfète de Corse, préfète de Corse-du-Sud, Jacques Vergellati, directeur de l'ONACVG de la Corse-du-Sud, Jean-Jacques Ferrara, député de la 1ère circonscription de la Corse-du-Sud, Laurent Marcangeli, maire d'Ajaccio, René Chiaramonti, président régional des Gueules cassées, Mathieu Casanova, administrateur national de l'association André Maginot, le Général Jacques Plays commandant la région de gendarmerie de Corse, le CV Bertrand de Gaullier des Bordes, commandant la marine en Corse, Julie Benetti, rectrice, Virginie Frantz, inspectrice d'académie, ainsi que de nombreux élus et autorités civiles et militaires, étaient également présents pour l'occasion.

Les porte-drapeaux traversent une allée de Bleuets
Les porte-drapeaux traversant une allée de bleuets


A l'issue des remises de décorations et d'une chorégraphie présentée par l'école de danse Fior di Stella, Jean-Laurent Morrazzani, élève de Troisième au collège Fesch d'Ajaccio, a ensuite lu une lettre de poilu avant d'être rejoint par Pascal Simon qui a repris le discours inaugural de la Borne de la Terre Sacrée prononcé par son créateur, Gaston Deblaize en 1933. Érigé cette même-année, ce monument rend hommage aux milliers de Corses morts pour la France lors de la Grande Guerre. Située sur la plage de Vignola, la borne renferme des échantillons de terre prélevés sur les champs de bataille 14-18. Son sculpteur, Gaston Deblaize, est un ancien poilu, et est à l'origine de six bornes similaires dans le monde (5 en France et une aux États-Unis). Avant de s'exprimer, Laurent Marcangeli a repris le discours prononcé en 1933 par Me Hyacinthe Campiglia, maire d'Ajaccio à cette époque. C'est ensuite Josiane Chevalier qui s'est exprimée, en délivrant le message présidentiel.

Les enfants amenant une gerbe de blé
La gerbe de blé de Meures, village natal de Gaston Deblaize, a été déposée sur le monument

C'est en suivant une allée plantée de bleuets que porte-drapeaux, jeunes élèves, et autorités, se sont succédés pour déposer des fleurs au pied du monument. Au même moment, un bâtiment de la Marine, posté au large, jetait à la mer une gerbe de fleurs. Une gerbe de blé de Meures, village natal de Gaston Deblaize, a également été déposée. C'est en musique, après un moment de recueillement, que s'est achevée la cérémonie, au son de la Marseillaise et de la Marche Lorraine. La chanson en hommage au 173ème RI, écrite par Jean-Paul Poletti, a été interprétée par Antoine Ciosi.

Dépôts de gerbes par les scolaires
Les jeunes se rendant au pied du monument pour y déposer une gerbe

En marge de la cérémonie, une zone était dédiée à l'exposition d'affiches mémorielles, réalisées par les étudiants en art de l'université de Corte. On pouvait également y découvrir le matériel médical de l'époque, utilisé par le service de santé des armées (SSA) représenté par le LCL Gaston Leroux-Lenci, président de l'unité de tradition du SSA. Une collecte au profit du Bleuet de France était organisée par le conseil municipal des jeunes de la ville d'Ajaccio en partenariat avec la région de gendarmerie de Corse, et l'ONACVG.

A l’issue de cette émouvante cérémonie toutes les personnes présentes étaient conviées à un buffet d’honneur offert par la Ville d’Ajaccio.

Cérémonie du Centenaire à Ajaccio
Affiche lauréate du concours mémoriel
La plaquette éditée à l'occasion du Centenaire de l'Armistice