Cérémonie du 11 Novembre 2018 à Nancy

Ce dimanche 11 novembre, la ville de Nancy a inauguré le Mémorial Désilles, entièrement restauré et dédié désormais "aux Nancéiens morts aux combats", ainsi que l'allée Colonel Arnaud Beltrame, mort le 24 mars dernier, pour sauver une victime innocente du terrorisme.

 Monument Desilles

A l'occasion du centenaire de l'armistice, ce dimanche 11 novembre 2018, la mairie de Nancy a inauguré le Mémorial Désilles entièrement restauré et l'allée Colonel Arnaud Beltrame.
 
Plusieurs centaines de Nancéiens ont participé à cette après-midi de commémoration, civiles puis militaires en fin de journée.

Après le fleurissement de la tombe de Gustave Simon, maire de Nancy pendant la Première Guerre Mondiale et la volée de cloche des églises pour marquer le centenaire de l'armistice à 11 heures, le premier temps fort de l'après-midi à été l'inauguration de l'allée en hommage au colonel Arnaud Beltrame, entre le Cour Léopold et le Mémorial rénové.

Puis le choeur de l'Opéra de Nancy, des collégiens de Louis Armand et des élèves du conservatoire ont tour à tour fait entendre différents chants et lectures de lettres de soldats. La cérémonie a également été l'occasion de découvrir des "cubes du souvenir" réalisés par des élèves de la Ville en partenariat avec le conseil citoyen du quartier. Elle est visible jusqu'au 2 décembre. 

Le plus vieux Monument aux Morts de France

A Nancy, la porte Désilles, construite "Porte Saint-Louis" en 1785reste une entrée majestueuse, qui marque l’accès dans le centre de Nancy (Meurthe-et-Moselle) pour les riverains et visiteurs arrivant par la rue de Metz.

A sa création, elle célébrait l’engagement des troupes françaises dans la Guerre d’Indépendance américaine et la mort aux combats de huit Nancéiens à la Bataille de Yorktown. La porte est devenue "Désilles" en 1790, en hommage au lieutenant qui a perdu la vie face à des régiments mutins.

Menacée par l’érosion, la porte Désilles a fait l’objet d’un projet ambitieux de restauration et de réaménagement du monument et de ses abords, la place de Luxembourg et l’esplanade du Souvenir Français. Un an de travaux a été nécessaire pour mener à bien les opérations.

Une bonne interactive

Désormais, grâce à la borne interactive, vous pouvez en savoir plus sur quelque 5.000 Nancéiens tombés pour la France sur tous les théâtres d'opération, dont 3 863 pendant la Première Guerre Mondiale.