Clara, volontaire du SNU 2020-2021, porte-drapeau en Indre-et-Loire

Dans le cadre du SNU, trois services départementaux de l'ONACVG de la région Centre-Val de Loire accueillent de septembre 2020 à juin 2021 des volontaires de 15 à 16 ans pour des missions d'intérêt général. Rencontre avec une de ces jeunes volontaire.

Ces missions d'intérêt général donnent l'occasion à ces jeunes de développer leur culture de l'engagement au service de la Nation en s'investissant, de manière responsable et autonome, dans des actions mémorielles locales de leur choix en lien avec le monde combattant. 

Accueillie au service départemental d'Indre-et-Loire, la jeune Clara a souhaité s'impliquer comme porte-drapeau auprès d'associations d'anciens combattants et victimes de guerre, s'engageant à ce titre à participer aux principales cérémonies patriotiques.

Clara, volontaire SNU et porte drapeau en Indre et Loire

Encadrée par la directrice du service départemental d'Indre-et-Loire et la référente régionale mémoire Centre-Val de Loire de l'ONACVG, elle réalisera également un support numérique visant à sensibiliser les plus jeunes à la fonction de porte-drapeau et aux valeurs républicaines ainsi qu'à l'importance du travail de mémoire et sa transmission. Pour cela, elle pourra recueillir le témoignage d'anciens combattants, visiter des sites mémoriels départementaux et participer à des animations scolaires autour de la mallette pédagogique de l'ONACVG « Explique-moi une cérémonie patriotique ».   

Très enthousiaste, Clara a commencé sa mission fin octobre et a fait ses premiers pas de porte-drapeau à l'occasion de la cérémonie nationale du 102e anniversaire de l'Armistice du 11 novembre 1918, à Tours. C'est avec fierté qu'elle a porté le drapeau de l'Union départementale des anciens combattants et victimes de guerre, guidée par les conseils avisés de son président, le général Breuille.

 Clara, volontaire SNU, 11 novembre 2020 à Tours

Demandons à  Clara, ses motivations et ses premières impressions, près de deux mois après le début de sa mission :

- Pourquoi avez-vous souhaité participer au SNU ? :

J'ai choisi de participer par mon amour pour la République et pour renforcer mon esprit patriotique. Ma matière préférée au lycée, c'est l'histoire et particulièrement la Seconde Guerre mondiale et donc cela me semblait être en rapport avec le SNU. Et puis une des raisons qui me tient le plus à cœur c'est aussi pour mon père qui est décédé et qui nous a toujours élevés dans les nobles valeurs de la République.

- Qu'est-ce qui vous a attiré dans la mission « Devenir porte-drapeau » ?

J'ai toujours rêvé de participer à des cérémonies patriotiques. Je trouve que c'est une très belle symbolique d'être celle qui porte le drapeau français et ses valeurs.

- Vous avez participé à votre première cérémonie nationale le 11 novembre dernier à Tours comme porte-drapeau de l'UDACVG 37, comment avez-vous vécu cette première expérience ?

J'ai été très sensible au fait de pouvoir côtoyer les autorités officielles, notamment politiques. Et aussi d'avoir été la seule à pouvoir représenter ce jour-là l'ensemble des anciens combattants d'Indre-et-Loire.

 - En quoi est-il important que des jeunes deviennent porte-drapeau et quelles sont les réactions de vos camarades quand vous leur parlez de votre engagement ?

Les contextes de guerre sont parfois lointains. Il me semble important de pouvoir transmettre leur mémoire et leur histoire, car ce sont ces contextes qui nous permettent d'avancer et de construire notre nation : par exemple la création des grandes cours européennes de justice. Mes camarades réagissent différemment à mon engagement. Certains sont contre, car ça prend du temps. J'ai aussi un camarade qui trouve que c'est trop patriotique, trop inspiré du modèle américain, il n'est pas d'accord qu'on chante La Marseillaise tous les matins lors du stage de cohésion. Moi, je trouve ça bien, car les gens oublient trop souvent les valeurs patriotiques. J'ai trouvé bien quand Emmanuel Macron est devenu notre président de la République et qu'il a imposé le drapeau français et l'affichage de La Marseillaise dans les classes.

- Comment pensez-vous pouvoir inciter vos camarades à suivre votre exemple ?

Je pense qu'on ne peut pas inciter les gens. Soit ça leur parle et ils s'engagent, soit ça ne leur parle pas et on ne peut pas les forcer.

Le 5 décembre, Clara, toujours aussi motivée, a porté à nouveau le drapeau de l'UDACVG 37 pour l'hommage national rendu "aux morts pour la France" pendant la guerre d'Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie.

Nathalie Paton, référente régionale Centre-Val de Loire

crédits photos : onacvg