Conférence-récital « Dien Bien Phu. Dialogue sur la bataille et sa mémoire »

Une conférence-récital sur la guerre d’Indochine, intitulée « Dien Bien Phu. Dialogue sur la bataille et sa mémoire », co-organisée par l’ONACVG s’est tenue samedi 28 septembre à la Gazette Café à Montpellier.

Calvin Yug, Marc Alexandre Oho Bambe et Pierre Journoud à la Gazette Café (Montpellier)

Conférence-récital « Dien Bien Phu. Dialogue sur la bataille et sa mémoire »

Ombeline Bois

Cet événement émanant d’un cycle de conférence engagé depuis quelques années en partenariat avec l’université Paul Valéry a pris une tournure originale. Une centaine de personnes se sont réunis autour de l’échange entre l’historien, spécialiste du Vietnam, Pierre Journoud et le poète-slameur Marc Alexandre Oho Bambe.

Pour introduire ce dialogue, une vidéo d’une quinzaine de minutes en provenance de l’établissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense (ECPAD) a d’abord été diffusée. Elle retrace la bataille de Dien Bien Phu à travers des images filmées pour des films ou pour les « actualités cinématographiques » diffusées au cinéma dans les années 1950, puisqu’il n’existe aucune image réelle de la guerre, comme Pierre Journoud a tenu bon de le rappeler. La présentation s’est poursuivie d’une recontextualisation des événements par l’historien, puis de questions posées par le public. De précieux témoignages d’anciens combattants d’Indochine sont également venus illustrer le propos, rappelant l’enfer de cette guerre, parfois oubliée des mémoires.

L’originalité se trouve surtout dans le fait qu’un dialogue s’est construit entre un historien et un poète-slameur. Cet échange autour de ce qu’a été Dien Bien Phu a été ponctué par des interventions de Marc Alexandre Oho Bambe, qui, accompagné à la guitare et au chant par Calvin Yug, a slamé quelques pages de son ouvrage « Dien Bien Phu ». Le poète-slameur, originaire du Cameroun voit alors une sorte de résonance entre l’Indochine et l’histoire de son pays de naissance.

Cette conférence, qui entre dans le cadre de l’exposition consacrée à la guerre d’Indochine, est une manière étonnante d’aborder la bataille de Dien Bien Phu.