Décès du doyen des harkis, Abdelkader Hadjeres

Abdelkader Hadjeres, le doyen des harkis, né en 1917 et âgé de 106 ans, est décédé le 28 novembre 2023. L’Office rend hommage à cet ancien combattant qui avait servi la France sur de nombreux théâtres d’opération.

Hadjeres groupe

Il est appelé à servir au 1er régiment de tirailleurs algériens (RTA) le 3 février 1939. Suite au débarquement allié en Afrique du Nord, il rejoint le 23 novembre 1942, pour quelques semaines, le 1er bataillon du 24e RTA. Il est alors âgé de 25 ans. Le 28 janvier 1943, il est affecté au 29e RTA et part combattre en Tunisie jusqu’au 12 mai 1943, puis en Corse jusqu’à mi-avril 1945. Il rejoint alors l’armée des Alpes, engagée dans l’opération Pingouin qui visait à entrer en Italie.

Au cours du 2e semestre 1945, il rentre en Algérie. Nommé sergent, Abdelkader Hadjeres part pour l’Indochine avec le 22e BTA (bataillon de tirailleurs algériens), où il séjournera du 20 février 1949 au 4 juin 1951. Dès son arrivée en Cochinchine, le 22e BTA est envoyé à la frontière avec le Cambodge pour contrôler la zone entre Chaudoc et Ha Tien. Il y reste jusqu’à la fin du mois de décembre 1949, période pendant laquelle il subit de nombreux accrochages avec les éléments rebelles, tout le long de l’axe entre les deux localités et dans le secteur de Triton. Les 7 et 8 juillet 1949, son unité est fortement accrochée dans le secteur de Lac Quoi. Au début de l’année 1950, le bataillon rejoint le secteur de Tra Vinh, où il participe à l’opération Casse-pied en mai, puis la région de Vinh Long, avec un violent accrochage dans la région de Thanh Hoa (sud-est Long Xuyen). Il participe enfin à l’opération Giongs, du 6 au 8 octobre, dans le sud et à l’opération Partisan en novembre.

Rendu à la vie civile en mai 1956, il aura passé plus de 10 ans sous l’uniforme dont 33 mois en unité combattante. Il sera décoré à plusieurs reprises. Il est Chevalier de la Légion d’honneur, médaillé militaire et Croix de guerre 1939-1945.

En 1958, il se réengage jusqu’en 31 mars 1962 en qualité de harki sous-officier et fait partie des harkis encadrants désignés par le Bachaga Boualem pour former les jeunes supplétifs.

Rapatrié en 1962, il transite par Bourg-Lastic, Rivesaltes, Chadenet, Saint-Maurice-l’Ardoise et il fut le dernier a quitté la cité du Mazet au Mas-Thibert en 1985.

Hadjeres portrait

Découvrez les autres actualités

Voir toutes les actus

Divers

Décès de M. Claude Bloch

M. Claude Bloch, dernier survivant lyonnais du camp d’Auschwitz, où il avait été interné adolescent, s'est éteint à l'âge de 95 ans le 31 décembre. Interné à la prison de Monluc en 1944, il a ensuite été membre du conseil d'orientation du Mémorial national de la prison de Montluc.

Lire la suite