Des élèves face à des témoins de la guerre d'Algérie

Les 14 et 31 janvier 2019, l'ONACVG organisait en partenariat avec l'association Coup de Soleil en Auvergne Rhône-Alpes la rencontre de quatre acteurs ou témoins de la guerre d'Algérie avec élèves de trois lycées de la région.

Les élèves face aux témoins de la guerre d'Algérie

Les élèves face aux témoins de la guerre d'Algérie

ONACVG

Le lycée des Bressis à Seynod, le lycée Ella Fitzgerald à Saint-Romain en Gal et le lycée François Mauriac à Andrézieux-Bouthéon participaient à ces sessions. L’exposition "la guerre d'Algérie. Histoire commune, mémoires partagées?" avait par ailleurs été présentée dans chacun des établissements.

Les élèves d'Auvergne Rhône-Alpes devant les témoins de la guerre d'Algérie

Le projet, piloté par Abderahmen Moumen, chargé de mission à l'ONACVG sur les mémoires de la guerre d’Algérie, appuyé par Gérard Georgeon de l'ONACVG de la Loire, Magali Molina de l'ONACVG du Rhône, Jordi Eche-Puig de l'ONACVG de Haute-Savoie , et Sylvain Bissonnier, coordonnateur mémoire et communication Auvergne Rhône Alpes, avait pour ambition de faire témoigner côte à côte un ancien appelé, un descendant d’un ancien militant du FLN en France, un pied noir, adolescent lors de la guerre d’Algérie, et un descendant d’un ancien harki, né en Algérie. Les témoins sont revenus sur leur vécu personnel de la guerre d’Algérie, leur retour en France, la transmission familiale, les liens conservés avec l’Algérie et leur implication associative dans le domaine de la mémoire et de la réconciliation. 

Préparés en amont par leurs professeurs d’histoire, les lycéens ont pu poser des questions et échanger avec ces acteurs ou témoins. Les objectifs étaient d’insister sur la complexité de la guerre d’Algérie, de revenir sur les trajectoires plurielles d’hommes et de femmes qui ont été liées à ce conflit, de contribuer à la déconstruction des stéréotypes et de favoriser la pédagogie du débat. 

Les retours ont été largement positifs, tant de la part des élèves et des enseignants que des témoins et des autres acteurs. Ces journées s'insèrent dans le cadre des actions menées par l'ONACVG afin d’accompagner les enseignants dans le traitement pédagogique de la période, de donner les clés de compréhension et de promouvoir les mémoires croisées et/ou partagées de la guerre d’Algérie. 

Sylvain Bissonnier, MIMC Auvergne Rhône-Alpes

© ONACVG