Hommage à deux anciens combattants marocains à Casablanca

La cérémonie du 8 Mai, qui s'est déroulée dans les jardins du consulat général de France à Casablanca, a été l'occasion de mettre à l'honneur deux anciens combattants marocains.

Lors de la commémoration la victoire de 1945, au consulat général de France à Casablanca, la fraternité d’armes franco-marocaine a été mise à l’honneur, en rendant hommage à deux anciens combattants : M. Brahim Dabhani et M. Hammou Moussik


M. Brahim Dabhani reçoit la médaille militaire

Le colonel Vincent Roué, attaché de défense à l’ambassade de France, a remis la Médaille militaire à M. Brahim Dabhani.

M. Brahim Dabhani décoré de la Médaille militaire

Né en 1930, à Settat, Brahim Dahbani s’engage à 20 ans, pour 4 années, au 6e régiment des tirailleurs marocains. Il embarque pour l’Indochine et débarque à Haiphong, le 19 août 1951. Fait prisonnier du Viêt Minh, le 19 juin 1953, il est porté disparu. Ses proches l’ont pensé décédé. Il est libéré le 1er septembre 1954 après 15 mois de captivité.

Le 8 juin 2019, il participe à la cérémonie nationale d’Hommage aux morts pour la France en Indochine, aux Invalides. M. Brahim Dahbani a été interviewé pour une série documentaire sur la décolonisation française, diffusée courant 2020 sur France 2.

Il est titulaire de la Médaille du combattant, de la Médaille coloniale avec agrafe E.O. et de la Médaille commémorative d’Extrême-Orient.

Une allée du parc du consulat général de France
au nom du sergent-chef Hammou Moussik

Lors du discours qu’il prononce le 15 août 2019, à Saint-Raphaël, à l’occasion du 75e anniversaire du débarquement en Provence, M. Emmanuel Macron, président de la République, a souhaité que des noms de combattants de l’armée d’Afrique soient attribués à un plus grand nombre de rues, places, parcs et avenues de nos villes et villages pour rappeler leur engagement : « C’est pourquoi je lance aujourd’hui un appel aux maires de France pour qu’ils fassent vivre par le nom de nos rues et de nos places, par nos monuments et nos cérémonies la mémoire de ces hommes qui rendent fiers toute l’Afrique et disent de la France ce qu’elle est profondément : un engagement, un attachement à la liberté et à la grandeur, un esprit de résistance qui unit dans le courage. »

Dans cet esprit, M. Serge Mucetti, consul général de France à Casablanca, a voulu attribuer le nom du sergent-chef Hammou Moussik à une des allées du parc du consulat général, par décision du 26 avril 2021.

La plaque au nom de M. Hammou Moussik est dévoilée par l'ambassadrice de France et le consul général de France

Le nom du sergent-chef Hammou Moussik figure dans un premier groupe de noms qui seront proposés aux maires des communes de France. La plaque que Mme Hélène Le Gal, ambassadrice  de France, et M. Mucetti ont dévoilé le 8 mai 2021 est la première de celles qui seront dédiées aux combattants des armées d’Afrique.

M. Hammou Moussik est né en 1918, dans le Moyen-Atlas (Province d’Azilal). À 23 ans, il s’engage le 1er novembre 1941 au 60e Goum. Il combat en Tunisie, participe à la libération de la Corse en 1943, et à l’Ile d’Elbe jusqu’au 29 juin 1944. Il débarque à Marseille le 19 août 1944 et participe à la campagne de France au cours de laquelle ses qualités guerrières sont récompensées, le 18 novembre 1944, par une citation à l’ordre du groupe signée du colonel Boyer de Latour : « S’est particulièrement distingué au combat de Ramonchamp (Vosges) le 8 octobre 1944, contribuant par son action personnelle à la mise en fuite d’un détachement allemand et à la capture de sa mitrailleuse. »

Il combat ensuite en Allemagne et fait partie des troupes d’occupation du pays jusqu’au 17 novembre 1945. De retour au Maroc, il signe plusieurs engagements et embarque pour l’Asie. Il participe aux combats d’Indochine durant lesquels il est de nouveau distingué par une citation à l’ordre de l’armée, le 29 janvier 1951.

Rayé des contrôles le 1er novembre 1952, après 10 ans et 10 mois de services dans l’armée française, il retourne à la vie civile en qualité de policier à Casablanca où il prend sa retraite et où il réside encore. Ancien moqqadem, il est officier de la Légion d’honneur (décoration remise par le président de la République, M. François Hollande, à l’occasion du 70e anniversaire de la libération de la Corse). Il est titulaire de la Médaille militaire, de la Croix de guerre 1939-1945 avec étoile de bronze, de la Croix de guerre TOE avec palme, de la Médaille coloniale et de la Médaille commémorative avec agrafe « Afrique, Italie, Libération, Allemagne ».

M. Hammou Moussik

Rédactrice : Murielle Boudy, cheffe de cabinet du service de l’ONACVG du  Maroc