Mémoire franco-marocaine : une délégation marocaine au 75ème anniversaire de la libération de la Corse

Les 3 et 4 octobre 2018, une délégation composée de trois goumiers centenaires, anciens combattants marocains de l’Armée française qui se sont illustrés lors des combats de la libération de la Corse en 1943, a été mise à l’honneur lors des différentes cérémonies organisées sur l’Île de beauté.

Geneviève Darrieussecq avec la délégation marocaine
Geneviève Darrieussecq avec les goumiers

 

La couverture de cet évènement par les médias français a été particulièrement dense, contribuant ainsi à valoriser la riche mémoire partagée qui unit les deux pays. Cette délégation marocaine conduite par le service de l’ONACVG du Maroc était également composée de jeunes élèves du lycée marocain d’Al Khansaa de Casablanca qui ont présenté à la Secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq, leur travail de mémoire conduit durant l’année scolaire.

Othmane Chamcham et Abdelghani Rahim ont ainsi travaillé durant cette année du baccalauréat pour finaliser ce projet avec l’ONACVG.

Cette démarche a été coordonnée par Naoual Boulkhir, déléguée Mémoire du service de l’ONACVG du Maroc, et filmé par un jeune réalisateur prometteur, Mustapha Mamouni qui a œuvré en qualité de collaborateur bénévole à nos côtés.

Il s’agissait d’interviewer trois anciens goumiers ayant participé aux combats de la Libération de la Corse (messieurs Baroudi-Zouza et Ghornite). Ce film constitue aujourd’hui un témoignage émouvant de ces vétérans par des jeunes qui font preuve d’émotion et de respect. Il reste d’autant plus précieux qu’Abdellah Baroudi est décédé cinq jours après avoir été interviewé, comme soucieux de laisser à ces héritiers de Mémoire, son dernier témoignage.

Le spectateur ne pourra s’empêcher de faire un rapprochement entre les visages juvéniles des jeunes intervieweurs qui laissent penser qu’ils devaient ressembler à ces jeunes goumiers partis si loin de chez eux, au même âge, pour libérer une Ile dont ils n’avaient jamais entendu parler jusque là.

Enfin, penser également lors de ce visionnage que les splendides paysages filmés de l’Atlas marocain ne sont pas sans rappeler le maquis Corse.

Muriel Baggio, ONACVG du Maroc

© Hamid Lagrini