"Morts pour la France - De la prison de Montluc à la nécropole de La Doua" La nouvelle exposition temporaire du Mémorial National de la prison de Montluc

Jeudi 12 novembre, le mémorial de la prison de Montluc, haut lieu de la mémoire nationale, inaugurait sa nouvelle exposition temporaire présentée du 13 septembre 2019 au 27 juin 2020, "Morts pour la France - de la prison de Montluc à la nécropole de la Doua".

Affiche de la nouvelle expositiont emporaire de Montluc, "Morts pour la France, de la prison de Montluc à la nécropole de la Doua"

L'affiche de la nouvelle exposition de Montluc

© ONACVG

Dans le cadre du cycle commémoratif du 75e anniversaire de la libération de Lyon et 65 ans après la création de la nécropole, le mémorial met en lumière les liens entre deux lieux emblématiques de la répression allemande, la prison de Montluc et le stand de tir de La Doua. Tous deux devenus des lieux de mémoire, le mémorial et la nécropole nationale occupent une place singulière dans le paysage lyonnais.


Entre le 6 août 1943 et le 3 juillet 1944, au moins 79 internés de la prison de Montluc sont fusillés par les troupes d’occupation allemandes sur le stand de tir de La Doua à Villeurbanne. Dès la fin de la guerre, des fouilles permettent de retrouver et d’identifier les corps de ces résistants. Très rapidement, la butte des fusillés de La Doua devient un site de pèlerinage et de recueillement.


En 1954, il est décidé d’ériger La Doua en cimetière national. Initialement créée pour accueillir les sépultures des personnes décédées dans la région pendant la Seconde Guerre mondiale, la nécropole regroupe aujourd’hui près de 6 500 tombes de victimes des conflits du XXe siècle, portant la mention « Mort pour la France ».


Présentée dans le chemin de ronde de la prison, cette exposition apporte des éléments de compréhension relatifs à l’histoire de ce cimetière et rend également hommage aux internés de Montluc fusillés et inhumés à La Doua.


Dans leurs discours, Aurélie Dessert, directrice du mémorial et Jean-Daniel Montet-Jourdan, sous-préfet, directeur de cabinet du préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes, préfet du Rhône ont rappelé l’importance de la transmission et la dimension citoyenne de ces lieux.