De l'art contemporain à la nécropole nationale de Vassieux en Vercors

Pour la première fois, la nécropole de Vassieux en Vercors accueille un artiste contemporain. En l'occurence, Nicolas Daubanes, qui y expose une grande peinture et une plaque en béton-sucre. Deux œuvres qui lui furent inspirées par les actions de camouflage et de sabotage des Résistants.

La peinture de Nicolas Daubanes, aux pieds des vestiges des planeurs allemands
La peinture de Nicolas Daubanes aux pieds des vestiges des planeurs allemands

La nécropole de Vassieux en Vercors s'ouvre à l'art contemporain. On doit cette heureuse initiative à l'action conjointe d'Aurélie Dessert, directrice du Mémorial de la prison de Montluc et à Giulia Turati, directrice de La Halle-Centre d'art de Pont en Royans. Toutes deux ont en effet permis à Nicolas Daubanes d'installer sur le site de la nécropole une grande peinture représentant le plateau du Vercors vu du ciel et une plaque de béton-sucre revisitant les codes des inscriptions commémoratives.

Cette double installation baptisée "Ombre est lumière" évoque à la fois le camouflage et le sabotage auxquels avaient recours les Résistants. Nicolas Daubanes propose au visiteur de s'interroger sur la temporalité, la mémoire et la notion d'oubli.

La plaque de béton sucre jouxtant la nécropole
La plaque en béton-sucre jouxtant la nécropole

L'artiste s'est immergé à la fois au Mémorial de la prison de Montluc où il a exposé, et sur les lieux de mémoire du Vercors (Grotte de la Luire) . Il a assisté aux commémorations de Vassieux, le 21 juillet 2019. Ses créations décrivent ce que put être le système répressif nazi dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. En cela, son travail s'inscrit dans la droite ligne des objectifs poursuivis par l'ONACVG.

L'artiste Nicolas Daubanes et Aurélie Dessert, directrice du mémorial de Montluc
L'artiste Nicolas Daubanes et Aurélie Dessert, directrice du Mémorial de Montluc
Panneau didactique de l'ONACVG expliquant la démarche de Nicolas Daubanes
Panneau didactique de l'ONACVG retraçant la démarche de Nicolas Daubanes

Franck Tison, ONACVG de la Drôme

© ONACVG