Décès de M. Claude Bloch

M. Claude Bloch, dernier survivant lyonnais du camp d’Auschwitz, où il avait été interné adolescent, s'est éteint à l'âge de 95 ans le 31 décembre. Interné à la prison de Monluc en 1944, il a ensuite été membre du conseil d'orientation du Mémorial national de la prison de Montluc.

Claude Bloch

Né le 1er novembre 1928 à Lyon, il vit avec sa mère Eliette Meyer dans cette même ville.

Sa famille décide de ne pas s’enregistrer comme juive au moment des lois antisémites. Après l’occupation de la zone sud par l’armée allemande, le danger grandit et les rafles se multiplient. La famille décide alors de se réfugier à la campagne, à Crépieux-la-pape dans l’Ain.

Le 29 juin 1944, des hommes de la milice, parmi lesquels Paul Touvier, y arrêtent Claude Bloch, sa mère et son grand-père. Ce dernier est tué lors d’un interrogatoire par la gestapo. Claude Bloch et sa mère son internés séparément à la prison de Montluc, lui dans la baraque aux juifs. Il est transféré à Drancy le 20 juillet 1944, puis déporté avec sa mère vers Auschwitz dans le convoi 77, le 31 juillet 1944.

Lors de la sélection à l’arrivée, sa mère le pousse brusquement dans la file des hommes et lui sauve ainsi la vie. Il ne la reverra jamais. Il est affecté à un kommando de terrassement à 16 ans. Il est ensuite transféré au Stutthof, camp de concentration allemand sur la Baltique, puis évacué par bateau lors de l’avance Russe.

Abandonné par les SS dans un cargo, il est sauvé par la croix rouge le 10 mai 1945. Il est soigné pendant deux mois en Suède puis rapatrié en France où il retrouve sa grand-mère. Il reprend des études de comptabilité, se marie et fonde une famille.

Il se porte partie civile lors du procès Touvier en 1946. Il milite également pour le travail de mémoire en témoignant auprès du mémorial de la prison de Montluc et du centre de l’histoire de la répression et de la déportation, à Lyon.

Il meurt le 31 décembre 2023 à l'âge de 95 ans.

Découvrez les autres actualités

Voir toutes les actus

Divers

Signature d’un partenariat entre l’INI et l’ONaCVG

Un partenariat entre l’Institution nationale des Invalides (INI) et l’Office national des combattants et des victimes de guerre (ONaCVG) a été signé jeudi 7 décembre 2023. Cet accord permettra dans le futur d’offrir un meilleur accompagnement aux blessés de guerre.

Lire la suite