La marche du Bleuet de France : ultime étape du relais de la Victoire

Les petits artistes de la mémoire et les scolaires ardennais marchent pour le Bleuet de France à l'occasion de l'ultime étape des relais de la victoire.

L'Association du souvenir aux morts des armées de Champagne-Navarin a organisé le relais de la Victoire entre le 26 septembre et le 11 novembre 2018.

Ce relais, labellisé centenaire, concerne toutes les communes libérées par la IVème armée entre le front de Champagne et la Meuse de Sedan à Charleville. Toutes les communes de cette zone ont été invitées à y participer. 90% sont ardennaises.

Allumée sur la tombe du soldat inconnu, la flamme s'est démultipliée grâce à l'implication des municipalités, de l'éducation nationale et des associations patriotiques, passant de commune en commune jusqu'à l'ultime étape , celle de Vrigne-Meuse, avec la marche du Bleuet de France.

Celle-ci s'est déroulée le 10 novembre à l’initiative de l’ONACVG et financée par l’Oeuvre nationale du Bleuet de France.

Ouverte à tous, elle a pris la forme d’une marche aux flambeaux partant du carré militaire communal où repose Augustin Trebuchon jusqu’au monument du Signal de l’Epine, lieu des derniers combats de la Grande Guerre.

Le ravivage de la flamme de veille au monument du Signal de l'Epine, théâtre des derniers combats de la Grande Guerre.

Plus de 200 enfants étaient présents grâce à l'implication de l’Éducation nationale. On souligne la présence massive des "Petits artistes de la mémoire" des classes de Nouvion-sur-Meuse et de Flize.

De jeunes sapeurs pompiers volontaires ont amené la Flamme de Nouvion sur Meuse. Elle a été recueillie par ce cortège d'enfants tous porteurs du Bleuet de France et d'un flambeau. Ils sont allés allumer une vasque au Signal de l'Epine, guidés par le maire de Vrigne-Meuse et entourés par la population. Après le ravivage de la flamme de veille, le public a entonné La Marseillaise, bravant les conditions climatiques.

Le dimanche 11 novembre, la Flamme était au centre de la grande cérémonie ardennaise au monument du Signal de l'Epine, dédié aux morts de la 136e DI qui y mena le dernier combat de la Guerre.

Cette opération intergénérationnelle émouvante a reçu un soutien inconditionnel.

On notait la présence de l'inspecteur d'Académie et ses collaborateurs, de nombreux enseignants, du général Gouraud, président de l'ASMAC, du Général Fauveau, descendant de Charles de Menditte qui commandait la dernière offensive, du conseil municipal et de tous les agents du service départemental.

Les autorités dans le carré militaire où repose Augustin TREBUCHON, dernier mort aux combats de la Grande Guerre.

Marie-Agnès Hyon-Paul, ONACVG des Ardennes

© ONACVG