Un témoignage essentiel sur le massacre de Valréas

Par son ampleur, le massacre de Valréas à marqué les mémoires et l'histoire du Vaucluse. Les témoins de ce crime de guerre ne sont plus légion. Leur récit n'en a que plus de prix.

Raymonde d'Isernia entourée par les élèves de troisième du collège Saint-Gabriel de Valréas.

Le 12 juin 1944, les troupes nazies, plus précisément les hommes de la 8e compagnie de la division Brandebourg, ont exécuté 27 résistants et 26 civils à Valréas. Le mur des fusillés rappelle aujourd'hui ce funeste épisode. Parmi les victimes figurait Louis d'Isernia, 46 ans, membre des FFI, cartonnier de métier. Sa fille, Raymonde, alors âgée de 11 ans, arrêtée elle aussi en compagnie de sa mère, put heureusement s'échapper.

Depuis, elle n'a de cesse de partager ses souvenirs et son analyse de cette période avec les collégiens et lycéens vauclusiens. Le 6 février 2024, accompagnée de Maïté Tarrius, représentant le service départemental de l'ONaCVG du Vaucluse, elle est allée à la rencontre des élèves de troisième du collège Saint-Gabriel de Valréas qui ont apprécié ces échanges. 

© ONaCVG

ONaCVG 84     

Découvrez les autres actualités

Voir toutes les actus

Divers

Décès de M. Claude Bloch

M. Claude Bloch, dernier survivant lyonnais du camp d’Auschwitz, où il avait été interné adolescent, s'est éteint à l'âge de 95 ans le 31 décembre. Interné à la prison de Monluc en 1944, il a ensuite été membre du conseil d'orientation du Mémorial national de la prison de Montluc.

Lire la suite